Retour - Retour au dossier principal

Ecolo informe:

L'absence de bassin d'orage au Village Culturel ou: "Après nous le déluge!"

mars 2006

 

Rappel:

Le règlement d'urbanisme communal (Règlement sur les bâtisses), article 108bis, impose depuis 1984 la construction d'un bassin d'orage à tout demandeur d'un permis de construire pour une nouvelle construction de surface au sol supérieure à 300 m2.

Pourquoi cette prescription?

Il est reconnu depuis des dizaines d'années que la cause première des inondations est l'imperméabilisation des sols par urbanisation. Depuis 2000, au lendemain de l'inauguration du bassin d'orage du Roodebeek on sait qu'il ne suffira pas d'installer des bassins d'orages régionaux à grands frais (inondations de juillet 2000).

 

Le principe de base est la rétention temporaire de l'eau à la source. Lors d'une averse violente, il tombe plusieurs centimètres de pluie sur chaque mètre carré de notre commune endéans la demi-heure. Si toute cette eau est amenée le plus vite possible vers les points bas de la commune, il devient impossible de tout évacuer vers le grand collecteur sous le boulevard de la Woluwe. Celui-ci est saturé et déborde régulièrement avec des conséquences catastrophiques (station de métro et tunnel inondé en septembre 2005).

A l'inverse, si un ensemble de mesures complémentaires sont prises sur toute la surface de la commune et qu'ainsi l'évacuation de l'eau est ralentie pour étaler la crue sur une durée allant d'une demi-heure à 1 heure ou plus, la capacité actuelle d'évacuation du réseau de collecte pourra plus sûrement y faire face.

Qu'a fait le collège au chantier du Village Culturel?

  1. Le collège rejette le 29 août 2000 la demande d'exemption de construction d'un bassin d'orage dans le projet du Village Culturel ;
  2. Le permis d'urbanisme délivré à l'entrepreneur et approuvé le 14 avril 2002 par le collège impose spécifiquement la construction d'un bassin d'orage (annexe 1 au permis);
  3. Le collège se déjuge et approuve le 9 mars 2004 une dérogation à l'obligation de construire un bassin d'orage sur le site du Village Culturel (rappelons que la commune s'exonère ainsi de ses obligations alors qu'est elle-même le véritable maître-d'oeuvre du chantier).

Les raisons invoquées?

  • La commune a transféré à l'IBrA l'ensemble des services de gestion du réseau d'égouttage;
  • Dans sa lettre du 13 février 2004, l'IBrA déclare que le bassin d'orage est inutile étant donné sa localisation dans le réseau. (avis de l'IBrA signé par M. Kindermans, Secrétaire Général).

"l'effet protecteur d'un bassin d'orage ne se développe qu'à l'aval du point où il apporte ses eaux dans le réseau et d'autre part, ce point est dans ce cas situé à très courte distance du collecteur principal de la Woluwe. Un bassin d'orage interceptant les eaux à la sortie du site n'aurait donc d'effet protecteur que sur une zone très limitée."

N'ayons pas peur des mots: il s'agit véritablement d'un scandale doublé d'une grave erreur de jugement, si pas d'une faute professionnelle! L'IBrA commet une erreur incompréhensible et le collège emmené par l'échevin Daniel Frankignoul se retranche dans son irresponsabilité derrière l'IBrA (nb: L'échevin Frankignoul est membre du Conseil d'Administration de l'IBrA!).

Quelle est la situation qui prévaut dans la vallée sur le territoire de Woluwe?

Le grand collecteur de la Woluwe est de plus en plus fréquemment saturé en cas de fortes averses et l'on observe des débordements tout au long de la vallée sur les territoires de Boitsfort, Auderghem, Woluwe-St-Pierre, Zaventem... malgré la présence de 3 bassins d'orage régionaux, de bassin communaux sur la commune de WSP et d'au moins 2 autres bassins en région flamande (Zaventem). Cela se traduit par des inondations chroniques des quartiers voisins: la surcharge à l'aval se traduisant par des débordements de plus en plus précoces en amont!

Or, l'IBrA présente une argumentation qui équivaut à considérer que le collecteur a une capacité infinie telle qu'il ne serait pas utile de limiter l'apport d'eau de ruissellement supplémentaire en régime de crue. Le but de la création de l'IBrA était pourtant bien de promouvoir une vision dépassant les limites strictes d'une commune!?

A lui seul le lotissement récent du site du Village Culturel et de ses abords immédiat a entraîné une imperméabilisation maximale avec suppression de toute végétation et dallage/bétonnage de près de 100% de la surface sur plus de 2 hectares!

Dans un tel contexte, il est pourtant évident que le stockage temporaire de l'eau de ruissellement devrait être impérativement réalisé et que seules de telles mesures dans l'ensemble de la vallée constituent une réponse durable au problème récurrent des inondations. Exemple: 1% de retenue par km tout au long de la vallée aurait un impact d'environ 10% sur 10 km entre Boitsfort et WSL. C'est ce qui ferait la différence entre une catastrophe à la station de métro et un "gros orage" avec débordement aux conséquences limitées.

Le collège MR de Woluwe-Saint-Lambert, même s'il s'abrite derrière l'IBrA, porte l'entière responsabilité d'une décision lourde de conséquences pour les habitants affectés par les inondations. L'IBrA et ses dirigeants ont démontré leur incapacité à comprendre les phénomènes à l'origine des inondations et à fortiori à y apporter des solutions dans l'avenir.

Ecolo ne se réjouit pas de cette situation. Là où des mesures simples peuvent être apportées à moindre coût sur les chantiers de bâtiments neufs, des mesures correctives qui s'avèreront impossibles à éviter et seront supportées par la collectvité multiplieront les coûts de manière significative, sans parler du coût des dégâts qui sont la conséquence des inondations.

Cerises sur un gâteau déjà bien pourvu:

1) Rappel: à l'heure où le RRU (Règlement Régional d'Urbanisme) est en cours de révision pour prôner notamment d'imposer ce type de bassin d'orage dans l'ensemble de la région bruxelloise, notre échevin de l'urbanisme a proposé lors du conseil communal du 20 octobre 2005 de supprimer l'obligation d'équiper les nouvelles constructions de cette retenue d'eau!

2) Dernière nouvelle: suite à une interpellation en commission au CRB (Parlement bruxellois), le député Ecolo Yaron Peztat a obtenu que le directeur de l'IBrA soit invité à s'expliquer. Celui-ci à répondu à la question sur la nécessité de prévoir un bassin d'orage: "il y en a déjà un: LA STATION DE METRO". Plaisanterie ou manifestation de cynisme totalement hors de propos, cela renforce notre conviction que l'IBrA et ses dirigeants démontrent tous les jours leur incapacité à comprendre les phénomènes à l'origine des inondations et à fortiori à y apporter des solutions dans l'avenir. Bien entendu, Monsieur Kindermans s'est retrouvé en totale contradiction avec la politique menée au niveau régional et cela lui a été rappellé par plusieurs députés!

Haut de page - Retour
* Préparation du dossier: J-C Van der Auwera
dossier2m.htm
Mise à jour: 16/03/2006