Wolu-Info - Octobre 2010 - Espace vert en péril

SOS espace vert en péril !

Publié le dimanche 10 octobre 2010

L’été s’est achevé avec les derniers rayons de soleil, les couleurs de l’automne ont fait leur apparition et les espaces verts de notre commune vont graduellement entrer dans leur parenthèse hivernale. Au service des jardins, on s’active pour effectuer les tailles de saison. A travers la commune, ce ne sont pas moins de 25 espaces verts d’importance variable qui sont recensés. La majorité d’entre eux sont administrés par la commune et seuls cinq d’entre eux sont gérés par des institutions telles que Bruxelles-Environnement, l’UCL pour le jardin des plantes médicinales ou encore une asbl au site de Hof ter Musschen.

Ainsi, au hasard d’une promenade dans la vallée de la Woluwe, de l’avenue Hippocrate jusqu’au parc des Sources, on pourra se rendre compte que la qualité du travail d’entretien, le soin et les moyens apportés aux aménagements ou encore la propreté des abords varient énormément. Bien sûr, le vandalisme ne facilite pas la tâche des gestionnaires mais s’il arrive que les poubelles publiques surchargées ne soient pas relevées, une action corrective est généralement assurée.

A l’extrémité de cet axe, une surprise attend le promeneur qui se sera aventuré aux confins de notre commune. Est-il en présence d’un site secret d’expérimentation du retour à l’état primaire d’une nature vierge ? Non, classé aujourd’hui comme espace semi-naturel, le parc des Sources a été conçu comme parc paysager anglais et on pouvait y observer « de jolies rocailles et ponts romantiques. » Pourtant, au détour du chemin qui longe la Woluwe, c’est une vision de désolation qui se profile : des poubelles rarement relevées, la végétation qui envahit les chemins en voie de disparition, les berges effondrées de l’étang, des déchets jonchant les abords, des vestiges de clôtures et des rocailles en décapilotade abritent quelques mares colmatées par l’excès de matière organique. Dans l’étang, des tortues exotiques abandonnées là par quelque irresponsable prospèrent au détriment de la faune locale.

Qui parmi les responsables communaux entendra notre appel et s’assurera que cet espace vert orphelin soit enfin géré avec le respect qu’il mérite et non pas abandonné par négligence ?

Pour la locale Ecolo et ses conseillers communaux : J-C Van der Auwera