Question d’actualité : Interception par la police de 2 ouvriers de l’Habitation Moderne dans les bâtiments fermés de la rue de l’Activité le samedi 4 juillet

Publié le mercredi 30 septembre 2015

A l’attention du Collège des Bourgmestre et Echevins,

Je vous prie d’accepter l’inscription à l’ordre du jour du Conseil communal de ce vendredi d’une question d’actualité urgente :

Interception par la police de 2 ouvriers de l’Habitation Moderne dans les bâtiments fermés de la rue de l’Activité le samedi 4 juillet

Le Collège peut-il éclairer les conseillers sur la présence constatée par la police de personnes identifiées comme ouvriers de l’Habitation Moderne dans les bâtiments fermés, propriété de l’HM rue de l’Activité, durant la journée du samedi 4 juillet. L’alerte a été donnée par un riverain inquiet des bruits de burin émanant de ces bâtiments récemment vidés de leurs derniers habitants.

Déjà, sur ce site, la présence de squatters avait été constatée, ce qui a motivé la fermeture du site par de hautes clôtures grillagées pour en interdire tout accès.

L’urgence est motivée par l’inquiétude des riverains concernés alors que des intrusion ont déjà été constatées. Nous sommes dans une période de risque accru et la présence, semble-t-il à titre privé, de personnes par ailleurs employées par l’Habitation Moderne pose question !

Interpellation :

Puisque de nombreux mandataires de cette assemblée siègent également au Conseil d’Administration de l’Habitation Moderne peuvent-ils nous éclairer sur le fait que de tels agissement seraient couverts par la direction de l’HM ?

S’il cela devait être avéré, pourquoi accorder une faveur à certains en vue de récupérer à leur bénéfice personnel certains matériaux et quels en seraient les termes d’échange ? Tout le personnel de l’HM s’est-il vu octroyer le même bénéfice ? S’il s’agit de démonter des matériaux durant le week-end, où est la limite en terme d’horaire ? Ce personnel est-il couvert implicitement ou explicitement par les assurances en cas d’accident dans l’exercice de ces activités que je n’hésite pas à qualifier de « borderline » ?

Je vous remercie d’avance pour vos réponses.

Jean-Claude Van der Auwera

32 0475 490954

jc.vander@telenet.be

Réponse du Bourgmestre :

La question de compétence se pose, dans le sens où le Conseil communal ne serait pas habilité à traiter du sujet, l’immeuble et les personnes en cause étant gérés par l’Habitation Moderne. Toutefois, il a pu révéler que la police avait effectivement été saisie d’un appel, à 10h39, signalant des travaux suspects dans l’immeuble en question. Deux ouvriers de l’Habitation Moderne travaillaient dans le bâtiment.

Aucun PV d’infraction n’a été rédigé, car il n’y a pas eu d’intrusion ni d’effraction. Une vérification et des explications complémentaires seront demandées auprès du Conseil d’Administration de l’Habitation Moderne afin de déterminer dans quelles circonstances ces ouvriers ont été amenés à travailler un samedi matin.

Note complémentaire :

Pratiquement, nous avons appris en septembre qu’il s’agissait d’une situation totalement anormale, les ouvriers n’étaient pas en mission et le président du CA de l’Habitation Moderne a affirmé que cela ne se reproduirait plus ! Nous ignorons si des mesures disciplinaires ont été prises et si la hiérarchie de l’HM était au courant et avait fermé les yeux sur de telles pratiques.