Retour aux dossiers locaux

DOSSIER LOCAL

Mauvaise utilisation des pesticides à WSL


ACTUALITE

12/00 Usage inconsidéré et illégal de raticide par l'IBGE le long de la Woluwe

REFERENCES ANTERIEURES

03/96 En 1996 déjà: Coccinella Degrysensis

09/00 B. L'hoest, administrateur du Pesticides Action Network nous écrivait

29/1/2001: Interpellation de Chantal Dransart- Conseillère Communale

Usage inconsidéré et illégal de raticide par l'IBGE le long de la Woluwe

DANGER POISON!

Lutte contre les inondations

Participation à WSL

Interpellation citoyenne

Accès PMR sur le site WOLUBILIS

Remise à ciel ouvert de la Woluwe

La nature à WSL

PRAS

Coût des services

Lutte contre le bruit

Travaux et dépenses inutiles

Village culturel - Mégalobilis

Déchets ménagers, compostage

Subsides TV aux VIPO's

Utilisation des pesticides

Antennes GSM: précautions

ESB et viande bovine

Sécurité et Police

Urbanisation du Val d'Or

Mobilité & sécurité routière à WSL

Le social à WSL

Le dossier PMR à WSL

La gestion de l'eau

Places de WSL

Espace vert en péril: Iles d'Or

Espace vert en péril: Marais HP

Chauffage Solaire

Le logement à Bruxelles

Eclairage & pollution lumineuse

Parvis Saint-Henri

Av des Constellations

Rue Abbé Jean Heymans

Quartier Andromède

Ecolo & la culture

Cogénération à l'HM

Agenda 21 local à WSL

Fin novembre, début décembre 2000, une dératisation fut entreprise le long de la Woluwe (chemin du Vellemolen): des blocs anti-coagulants furent déposés tous les 100 mètres environ (plus d'une trentaine au total!). Cela au mépris de toute prudence. En effet ces blocs, semblables à des pots de yaourt à la fraise en polystyrène, à la portée de tous qui passaient, présentaient un danger potentiel lors d'une manipulation ou d'une ingestion éventuelle. Certains étaient placés à proximité de la plaine de jeu de l'école Singeleyn, d'autres en bordure de la réserve naturelle de Hof-ter-Muschen!

Qui, à l'administration communale,est la personne en charge du dossier et de ce fait responsable de la tenue du "cahier d'interventions" (une obligation légale)?

Les conditions et le lieu de mise en oeuvre étaient en infraction avec l'ordonnance du 2 mai 1991 et la dérogation du 13 juillet 1997, concernant les modalités de dératisation dans la région bruxelloise. Pour mémoire, "Il est interdit d'utiliser tout pesticide dans les parcs et squares: à moins de 6m des cours d'eau, étangs, marais ou autres pièces d'eau; sur les accottements, bermes et autres terrains du domaine public."

Article dans "La Lanterne" du 2/2/2001
L'intervention de notre Conseillère, Chantal Dransart, a conduit La Lanterne à s'intéresser de plus près à cette affaire dans le but de mettre la population en garde. (avec la permission de l'auteur, Véronique Maes et La Lanterne)

Ce n'est pas un pot de yaourt mais bien de la mort-aux-rats! (les rats ont étés ajoutés sur la photo) - La Lanterne 2/2/01

L'IBGE reconnaît avoir commis une faute
La société mandatée par l'IBGE pour faire le travail a commis de graves erreurs. En l'absence de contrôle minimum de l'exécution de ces travaux, c'est une association de protection, la CEBE (Commission de l'Environnement de Bruxelles et Environs) dont fait partie Michel Durant, un écolo actif, qui a alors porté plainte auprès du cabinet du Ministre Gosuin.

L'inutilité de telles pratiques
Ces appâts représentent un danger réel pour la faune sauvage et domestique. Des études conduites en France ont montré que ce type d'appât nuit d'avantage aux oiseaux d'eau , rapaces, putois, renards, et autres prédateurs des rats, qu'aux rats eux-mêmes. Alors, pourquoi ne pas arrêter définitivement ces campagnes (comme l'avait décidé en son temps l'Echevin Rappe)?

A la suite de l'interpellation, l'Echevin Frankignoul a répondu que la commune avait fait arrêter cette campagne commencée sur le territoire de Woluwé-St-Pierre. Il veillera à ce que cela ne se reproduise plus. Dont acte.


En 1996 déjà! Interpellation de de notre conseillère communale Chantal Dransart:

Nous avions appris que les pesticides n'étaient utilisés par la commune qu'en cas de nécessité absolue (selon M.Degryse, échevin de l'environnement).

et pourtant ...

cela nous rappelle la découverte de Coccinella degrysensis, une 'espèce nuisible de coccinelle tisseuse de toile' dont l'apparente prolifération avait requis une intervention énergique des services de l'environnement pour pulvériser des insecticides (déclaration de M.Degryse le 26/3/96). Bien entendu, les coccinelles sont 'utiles' car elles se nourissent de pucerons et Coccinella Degrysensis est le fruit d'une incompétence ... entomologique à laquelle nous nous empressons de remédier!


Coccinella degrysensis

de nombreuses pulvérisation sont effectuées de façon anarchique, sans prévenir les habitants, parfois au mépris de la législation (interdiction de l'usage de pesticides dans les parcs et squares). Ces actions sont coûteuses et inefficaces, voire nocives et se font aux dépens des prédateurs naturels des insectes en cause

on ne peut s'empêcher d'établir un certain parallèle entre les pratiques de pulvérisation d'insecticides et l'usage immodéré de désherbants à travers la commune à certaines périodes...

 Haut de Page - Retour

pesticides.htm
Mise à jour: 21/4//2001